Cahors, le 07/11/20 – avec Gwen & Julie

Rencontres

Gwen, 19 ans, étudiante en arts visuels & Julie, 18 ans, étudiante en arts visuels

Combien de temps écoutez-vous de la musique par jour en moyenne ?

  • J : Dès que j’en ai l’occasion, dès que je me lève jusqu’à ce que je m’endorme quasiment. Je me réveille avec de la musique, je m’endors avec de la musique. Ou sur des vidéos qui contiennent de la musique. Même en cours (de dessin), dès qu’on a le droit je met mes écouteurs.
  • G : Tout en dessinant, ça te met dans ta bulle, ça te met bien.
  • J : Et des fois ça t’inspire, ça te donne des idées super intéressantes. Par exemple de la musique médiévale si tu es sur un dessin avec des personnages médiévaux ou un univers médiéval, ça va vachement t’aider et t’ouvrir des portes. Ça m’aide souvent sur ce côté là.

Par quels moyens écoutez-vous de la musique ? (YouTube, Spotify, Radio, Webradio, CD, vinyle, K7…)

  • G : Chez moi avec mon enceinte portable, ou aux écouteur bluetooth quand je sors.
  • J : Personnellement, depuis que je suis gamine mes parents avaient des chaines-hifi avec de très bonne enceintes, j’ai tout de suite demandé à en avoir une dans ma chambre. J’ai donc une chaine hifi depuis que j’ai 7-8 ans. J’en ai redemandé une nouvelle pour mes 18 ans, ça fait vraiment partie de là où je vis. Mon père a une armoire de 600 CDs, moi aussi j’en ai pas mal. J’utilise beaucoup le streaming aussi. Je n’ai pas d’abonnement mais j’utilise une version tablette sur mon téléphone pour éviter les pubs.

Est-ce que vous allez à des concerts/festival ? Et cette année malgré la COVID ?

  • G : Cette année non, mais j’en avais plein de prévu. Je devais aller au Panorama Festival et à Astropolis, en Bretagne.
  • J : En février, j’ai pu aller voir Gloryhammer et Wind Rose, deux groupes de Power Metal. Je devais aussi aller voir Thérapie Taxie et Lomepal mais ça a été annulé. J’ai fait aussi des festival de Hard Rock / Metal.

Est-ce qu’il y a un/des styles de musique que vous écoutez en majorité ?

  • G : Je dirais majoritairement du rap français. Enfin, je sais pas si c’est vraiment du rap, genre Lomepal…
  • J : Lomepal c’est du rap je pense.
  • G : Légèrement Pop, mais c’est du rap. Autrement j’écoute aussi de la Hard Techno, et du Classique.
  • J : Pour moi le style principal qui influence jusqu’à mon style vestimentaire, c’est le Metal. Surtout Black, Death, et Power Metal. Sinon je suis vraiment ultra éclectique. J’aime beaucoup le rap français, mais surtout le doux, pas le gros rap violent.
  • G : T’écoutes aussi du rap américain ?
  • J : Ça dépend, j’aime bien certains rappeurs américain, mais pas quand ça tape trop. 

Et comment est-ce que vous découvrez de nouveaux morceaux ?

  • J : De toutes les façons, je parle souvent de ce que j’aime aux gens, parfois aussi Spotify me propose des choses en fonction de ce que j’écoute, et je vais souvent aimer. Je lance aussi des playlist au pif pour découvrir de nouvelles choses, je lance et je laisse tourner. C’est un sujet très ouvert, dont on peut parler avec tout le monde. 
  • G : Tout le monde écoute de la musique, c’est une conversation obligée quand tu rencontres une nouvelles personne.

Est-ce que vous pouvez me donner 3 noms d’artistes que vous appréciez particulièrement ?

  • J : Orelsan, parce que je le connais depuis que je suis gamine (ce qui n’est peut-être pas une bonne chose haha). Mylène Farmer, parce que c’est un des rares trucs qui m’a lié avec ma mère, elle adorait ça et moi aussi. Aujourd’hui quand je lui montre ce que j’aime, elle est en mode « c’est trop violent, c’est trop noir ». J’aime aussi les artistes français que mes parents écoutaient, William Sheller, ou Eric La Blanche. C’est assez noir, mais profond au niveau des paroles.
  • G : Lomepal, j’ai eu une période ou je l’écoutais en boucle. Aussi Dr. Peacock, parce que c’est cool. Et j’ai pas de 3ème.

Si je vous dis artiste engagé, vous pensez à qui ? Et pourquoi ?

  • G : Moi ça me fait penser au groupe Tryo. Je sais pas si c’est vraiment engagé, mais ça prône la liberté de vivre.
  • J : Je pense à un rappeur qu’on écoutait tout à l’heure, Euphonik. Il a fait une chanson entière qui résume tout ce qui ne va pas dans la société à l’encontre des femmes, Deuxième sexe. Il chante en se mettant dans la peau d’une femme. C’est hyper engagé, féministe à fond.
  • G : Angèle et Suzanne ont aussi un engagement féministe. Même si tout le monde est déjà au courant de ces problèmes, ça fait du bien qu’ils soient repris par des artistes très écoutés. À travers leurs chansons résonnent des problèmes de société, comme le #balancetonporc dans sa chanson Balance ton Quoi.
  • J : Après c’est vrai qu’on peut se demander, est-ce qu’elle ne prend pas ce sujet pour surfer sur la vague et avoir du succès ? Mais vu le personnage, perso je pense qu’elle est vraiment engagée.

Est-ce que vous pensez qu’il y a des courants musicaux fondamentalement plus engagés que d’autres ?

  • J : Le rap.
  • G : Le rap ouai.
  • J : Historiquement, ça vient des bas quartiers, qui faisaient de la musique avec leur voix plutôt qu’avec des instruments, ils avaient forcément plus de messages à faire passer. C’est sûr que le classique est moins engagé.
  • G : L’engagement, c’est peut-être vouloir se défendre. Et là, c’était des personnes exclues qui cherchaient à se défendre.
  • J : Et la meilleure défense, c’est l’attaque ! Et sinon, je pense qu’il y a aussi le Rock ! Quand tu écoutes les paroles, il y a beaucoup de messages.

Et les styles de musique sans paroles, est-ce qu’ils peuvent être quand même engagés ?

  • J : Évidemment ! On est étudiantes en cinéma. L’image un forcément un impact super important.
  • G : Oui, les muets ne parlent pas mais ils peuvent quand même s’exprimer largement autrement, pour les musiques instrumentales c’est un peu pareil. On ressens des choses même sans paroles.
  • J : Un artiste Techno engagé peut par exemple participer à des festivals qui sont eux aussi engagés. Il peut aussi mettre sa musique sur des vidéoclips qui montrent un message.

Est-ce que vous pensez que la musique peut permettre de changer la société ?

  • J : Oui. La musique a un impact parce que tout le monde en écoute, tout le monde a sa propre interprétation. 
  • G : Les teufs ou les festivals rassemblent les gens ensemble, c’est aussi quelque chose de positif. Sinon je pense aussi à l’attentat qui a eu lien lors d’un concert d’Ariana Grande. Ça lui a inspiré une chanson hommage aux victimes de cet événement.
  • J : Je vais prendre un exemple basique, la Marseillaise. C’est une chanson patriote, qui rassemble les gens, qui a une puissance. Même si à mon sens elle n’est plus vraiment utile aujourd’hui, elle a quand même un impact. Après la Révolution de 1789, elle posait les bases d’une nouvelle société, elle a une grand importance d’un point de vue historique.
  • G : Je suis pas très forte en histoire, mais je crois que le Jazz aussi a permis aux esclaves noirs d’obtenir une forme de libération, autrement que par la violence.
Gwen (à gauche) et Julie (à droite)
Entretien réalisé par Paul le 07/11/2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s