Bérurier Noir

Article, Artistes

Le mouvement Punk n’a pas existé qu’en Angleterre ou aux Etats-Unis : en France, les Béruriers Noir forment un groupe mythique de la scène punk française. Issu des squats parisiens, le groupe est actif dans les années 80, avant de se reformer brièvement entre 2003 et 2006. Rebels dans l’ame, cela se ressent autant dans leur musique, leur style de vie, que leurs choix de carrière. Refusant tout compromis avec les labels ou promoteurs de l’époque, les membres du groupe doivent travailler à côté, leur musique ne leur suffit pas à vivre, malgré des centaines de milliers d’albums vendus.

Split Bérurier Noir/Haine Brigade, 45 tours de Bérurier Noir et du groupe Haine Brigade sorti en 1988 en soutien à la revue anarchiste Noir et Rouge.

Enchaînant les concerts mouvementés dans les squats, les Bérus se font connaître grâce au bouche-à-oreille et aux fanzines. Suite à un désaccord déontologique avec le gérant d’un établissement du quartier latin où ils devaient jouer, ils décident de donner le concert gratuitement dans la rue. La police cherche alors à annuler le concert, mais le public ne se laisse pas faire et se heurte à la police tandis que le groupe continue à jouer, la légende dit même qu’ils jouent équipés de masques lacrymogènes pour résister aux gaz de la police.

Membre des milieux anarchistes et antifascistes, les concerts du groupe sont protégés par les Red Warriors, redskins qui s’opposent physiquement aux néonazis qui sont encore nombreux dans les rues parisiennes dans les années 80, et s’attaquent parfois aux concerts. Gagnant en notoriété, ils organisent en 1988 un concert au Zénith devant 7000 personnes, la salle est remplie. Ils ne font aucune promotion pour ce concert, et fixent un prix d’entrée modique.

1989 : « La Jeunesse Emmerde le Front National »

Ce slogan, qu’on entend résonner dans les manifs encore aujourd’hui, était repris en cœur lors des concerts des Bérus, sur la version live de leur morceau Porcherie, qui attaque directement le président du Front National à l’époque, Jean-Marie Le Pen. Au moment de leur séparation en 1989, ils donnent une série de trois concerts d’adieu à l’Olympia. L’un de ceux-ci est filmé, et illustre l’ambiance survoltée et politique des concerts des Bérus.

Retrouvez Bérurier Noir et tou-te-s les autres artistes et projets militants sur notre page Instagram

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s